Atelier #3: Ethique de la recherche en sciences cognitives

on the March 18, 2019

12h-14h Gipsa-Lab - salle B314
 jouan
We inform you that Workshop#3 Ethics of Research in Cognitive Sciences will take place on Monday, March 18 from 12:00 to 14:00 at GIPSA-lab, in room B314. You are welcome to attend, please fill free to forward this announcement in your laboratories.

Déroulé :



- Nous démarrerons par un exposé de Marlène Jouan, philosophe au PPL, qui nous donnera des repères théoriques sur les concepts suivants : autonomie, vulnérabilité, dignité. Vous trouverez le résumé de son intervention à la fin de ce message. 
- Nous poursuivrons par un exposé de quelques minutes sur un cas de recherche posant des questions éthiques. Nous lançons donc un appel à volontaire dont les travaux sont proches de l'exposé d'introduction et qui accepte de présenter ses questions ou interrogations en éthique de la recherche par rapport à ses recherches ou à un projet de recherche (ou bien qui n'a pas encore de question mais qui voudrait en avoir...).
- Un troisième temps de l'atelier sera consacré aux questions, discussions et réflexions du groupe autour des questions exposées par les 2 interventions précédentes.



En pratique :



- Nous offrons aux participants les boissons et le café (+ quelques petits gâteaux salés/sucrés).
- Les participants apportent leur casse-croute s'ils le souhaitent
- Gipsa-lab se trouve 11 rue des Mathématiques (ancien bâtiment ENSE3-Ampère Grenoble INP, en face de l'IAE, tram Gabriel Fauré) et la salle se situe au 3e étage (au milieu du couloir).

Merci d'être à l'heure car deux heures ne seront pas de trop et nous souhaitons respecter l'heure de fin d'atelier.


N'hésitez pas à diffuser cet atelier autour de vous. C'est ouvert.

Caroline Rossi, Barthémémy Durette et Jean-Luc Schwartz
 

************************************************************

Résumé de l'intervention de Marlène Jouan (PPL)



L’autonomie des personnes vulnérables : de la contradiction au malentendu ?

 

Je prendrai pour point de départ de cette intervention les listes de personnes vulnérables déclinées dans divers textes internationaux relatifs à l’éthique de la recherche biomédicale : si en vertu du principe de justice, ces personnes ne doivent pas être exclues par principe des protocoles d’expérimentation impliquant des sujets humains, leur inclusion dans ces protocoles est néanmoins considérée comme problématique et, en vertu du principe de bienveillance cette fois, elles doivent donc faire l’objet d’une attention et d’une protection spéciales. Ces listes, qui sont dépourvues de principe organisateur évident et ne renvoient pas à un concept univoque de vulnérabilité, sont révélatrices des difficultés qu’il y a à s’en tenir à un usage catégoriel de cette notion, d’après lequel nous pourrions distinguer a priori, quoiqu’au croisement de plusieurs critères (psychologiques, médicaux, sociaux, économiques, juridiques…), les personnes vulnérables des personnes non vulnérables c’est-à-dire autonomes. De fait, cet usage catégoriel est aujourd’hui, dans de multiples domaines, en tension avec un usage universel de la vulnérabilité, qui s’est conceptuellement élaboré contre l’idéal dominant de l’autonomie et les représentations négatives de la vulnérabilité dont il est solidaire, et qui constitue le pendant de l’intégration, depuis la fin du XXe siècle, de l’ensemble des populations traditionnellement diagnostiquées comme vulnérables au régime normatif de l’autonomie. Ayant présenté ce double mouvement, je proposerai d’identifier quelques problèmes théoriques et pratiques soulevés par l’avènement d’une « anthropologie conjonctive », que l’on a de bonnes raisons de saluer mais aussi de soumettre à la critique. Je me concentrerai sur ses implications en éthique appliquée, en particulier pour la considération, la prise en charge et l’accompagnement des personnes malades ou en situation de handicap.



 

 

Published on March 4, 2019

Practical informations

Lieu(x)


GIPSA-lab Grenoble Images Parole Signal Automatique
UMR 5216 CNRS - Grenoble INP - Université Grenoble Alpes
11 rue des Mathématiques
Grenoble Campus
BP46
F - 38402 SAINT MARTIN D'HERES Cedex